Impact écologique métier traducteurSi, comme nous, vous êtes traducteur professionnel, vous passez de nombreuses heures devant votre ordinateur et utilisez certainement de nombreuses pages web, qu’il s’agisse de lexiques, de dictionnaires ou de sites sur lesquels vous recherchez des informations afin de mener à bien vos projets de traductions.

Vous communiquez fréquemment par email avec vos clients ou vos collègues, qui à leur tour vous contactent très probablement aussi par courrier électronique.

Saviez-vous que si Internet était un pays, il serait le 3e plus gros pollueur au monde, après la Chine et les États-Unis ?

D’après des chercheurs internationaux, dans quelques dizaines d’années, notre Terre risque d’être confrontée à un « point de rupture » avec une hausse des températures de l’ordre de 4 à 5 degrés.

Qu’est-ce que la pollution numérique ?

Toutes les heures, environ 10 milliards d’e-mails sont envoyés à travers le monde. Derrière l’envoi d’un mail et son stockage, et derrière tout le réseau internet, il y a des serveurs informatiques qui fonctionnent en permanence, toute l’année.

Les data centers consomment une quantité énorme d’énergie, et à ceux-ci, il convient d’ajouter les serveurs où sont stockés vos courriers électroniques.

Un Mo envoyé correspond à 15 grammes de CO2 ! Si vous adressez 30 mails quotidiennement à différents destinataires pendant un an, cela représente l’équivalent de plusieurs milliers de km parcourus en voiture.

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie Changement climatique) nous apprend qu’une entreprise de 100 personnes génère chaque année, rien qu’avec son courrier électronique, 13,6 tonnes d’équivalent CO2, soit l’équivalent de 14 allers-retours entre Paris et New York.

Il convient d’ajouter à tout cela, le spam… Ceux-ci utilisent annuellement, dans le monde entier, autant d’énergie que plus de 2 millions de foyers américains !

Pour l’anecdote, saviez-vous que le mot « spam » était l’acronyme de « Spiced Pork And Meat », un aliment peu ragoûtant servant de ration quotidienne aux soldats américains durant la Seconde Guerre mondiale ? Le lien est donc vite fait !

Le terme a été popularisé par les Monthy Pythons dans un sketch portant ce nom.

Que faire pour réduire cette pollution ?

De nos jours, il nous est évidemment impossible de se passer de cette technologie. Cependant, nous pouvons réduire l’empreinte écologique de notre activité professionnelle, tout comme vous le faites déjà certainement dans votre vie privée en ne jetant par exemple pas de détritus dans la nature ou en n’imprimant pas tout ce que vous recevez…

Une agence de traduction écoresponsable prend soin de notre environnement, en pensant au monde que nous laisserons à nos enfants.

Nous pouvons par exemple nous désabonner de toutes ces newsletters que nous recevons tous parce qu’un jour, nous avons été intéressés par un article ou avons signé une pétition en ligne…

Combien de messages recevez-vous quotidiennement ou presque, que vous ne lisez jamais et que vous vous contentez d’effacer ? Vous désabonner diminuera le nombre de messages adressés…

Il existe des services gratuits (hé oui, sur Internet…) vous permettant de nettoyer votre boîte de réception ou de vous désabonner de ces messages, par exemple https://unroll.me/ ou https://www.cleanfox.io.

Ce dernier vous permet en outre de planter un arbre pour chaque personne inscrite grâce à vous ! Et si vous cherchez une alternative à Google pour vos recherches sur le Web, pensez à ecosia.

Pensez également à la dématérialisation de vos documents, en évitant si possible d’imprimer inutilement et de faire des photocopies de vos notes de frais par exemple. L’utilisation d’une application de gestion de notes de frais innovante, comme N2F, automatise le traitement des notes de frais et permet de gagner beaucoup de temps (photo, scan intelligent).

Et si nous participions tous à la réduction de l’impact écologique d’Internet grâce à 11 gestes simples au quotidien ?

La Terre et vos enfants vous en remercieront !

Comment limiter l’impact écologique de votre activité de traducteur ?
5 (100%) 1 vote[s]

%d blogueurs aiment cette page :