logo_BT

22 termes techniques et acronymes du secteur de la traduction à connaître

Fév 25, 2022 | Bons mots, Trucs et astuces

acronymes du secteur de la traduction

On pourrait se dire qu’un domaine comme le secteur de la traduction chercherait à avoir une communication simple et efficace, et donc n’utiliserait pas un jargon complexe et des abréviations à tout-va.

Et pourtant, vous rencontrerez tout un charabia dans les conversations professionnelles en traduction, pouvant être difficile à comprendre pour les personnes qui n’y sont pas encore habituées.

Voici un guide par ordre alphabétique de 22 des termes techniques et acronymes du secteur de la traduction les plus fréquemment utilisés.

DNT

DNT, de l’anglais « do not translate » qui signifie « à ne pas traduire », est l’acronyme que l’on utilise pour les mots ou expressions que le client veut garder intacts. Il peut s’agir de noms d’entreprises, de marques déposées, ou même parfois de parties à laisser volontairement dans une certaine langue.

Document

Cette définition peut vous paraître absurde, mais dans le domaine de la traduction, le document est notre base de travail. Il ne s’agit là pas forcément d’un document officiel, mais représente tout type de contenu à traduire ou sur lequel travailler, et peut se retrouver sous divers formats (Excel, Word, PDF, texte brut, fichier audio, vidéo, fichier sous-titres, page web, etc.). Le document est en général analysé dans un premier temps pour ensuite établir comment l’on procédera à sa traduction, quel sera son coût et quelles ressources seront à utiliser pour ce processus. il s’agit donc de la base de travail du traducteur !

Fuzzies

Les fuzzies sont des correspondances partielles entre des segments ou des phrases. Ils sont présents dans la mémoire de traduction (voir plus bas) et ne sont donc pas considérés comme de nouvelles traductions ou de nouveaux mots. Les fuzzies peuvent aussi faire l’objet de réductions tarifaires, tout comme les répétitions.

Les outils d’aide à la traduction permettent de repérer les fuzzies et donc d’accélérer le processus de traduction. En effet, toutes les phrases et expressions répétées et enregistrées dans le mémoire de traduction sont proposées au traducteur lors de son travail en effectuant une recherche pour les segments qui obtiennent une correspondance entre 70 % et 99 % avec l’expression ou la phrase sur laquelle ils travaillent.

Glossaire

Dans le même esprit que le guide stylistique (voir ci-dessous), les glossaires permettent de rester cohérent et font gagner énormément de temps au traducteur. En règle générale, le glossaire est un dictionnaire bilingue personnalisé qui fait la liste des termes les plus utilisés dans la spécialité de votre traduction, à la fois dans les langues source et cible.

Certaines entreprises auront leurs propres glossaires et les termes importants seront donc toujours traduits de la même façon, peu importe le traducteur avec qui ils travaillent. Pour autant, il est conseillé au traducteur de tenir à jour ses propres glossaires. Les glossaires demandent un peu d’effort à la création, mais une fois opérationnels, ils deviendront un atout de taille pour traduire de façon rapide et efficace.

Guide stylistique

Un guide stylistique est un document très utile pour définir les normes et instructions de style pour les documents à traduire ou à rédiger pour un client particulier, une entreprise spécifique, une publication ou une organisation. Il couvre la grammaire, la ponctuation, l’orthographe et les formats des nombres pour assurer la cohérence et la qualité du document final.

Avant de commencer une traduction, il est toujours judicieux de vérifier si un guide stylistique existe, ce qui permet de gagner du temps et de l’énergie au moment de l’édition.

Langue source et langue cible

Revoyons d’abord les bases. Parfois, les termes qui paraissent les plus « évidents » sont utilisés à tort et à travers sans être forcément bien expliqués aux nouveaux venus. Ne vous inquiétez pas, si vous avez toujours du mal avec ces deux termes, tout sera plus clair désormais.

Pour faire simple, la langue source est la langue qui est traduite (la langue dans laquelle le texte a été écrit à l’origine) et la langue cible est la langue dans laquelle le document vise à être traduit. Dans une traduction du français vers l’anglais par exemple, le français représente la langue source, et l’anglais la langue cible. Ces termes sont souvent utilisés avec leurs acronymes anglais : SL (source language) et TL (target language).

Localisation

La localisation va au-delà de la traduction. Alors que la traduction se définit comme une conversion d’un écrit dans une langue vers une autre, la localisation est l’adaptation d’un contenu par le transfert de concepts propres à un public cible. La localisation adapte un produit à un certain pays/région dans lesquels il sera utilisé et/ou vendu. Elle prend en compte ses traditions, les croyances et les coutumes : en bref, sa culture. Elle s’applique non seulement aux mots écrits, mais à tous éléments tels que les couleurs, la mise en page, les chiffres et tous les éléments qui composent le contenu d’un site web, d’une publicité ou d’un jeu vidéo.

Par exemple, la localisation reflète cette différence entre la simple traduction d’une publicité qui sera diffusée aux États-Unis (de l’anglais à l’espagnol pour toucher divers marchés hispanophones) et l’adaptation minutieuse de son contenu pour chaque pays ou personne hispanophone qui la regarderait, ce qui permettra dans un second temps de toucher directement ce public cible.

Nouveaux mots

Les « nouveaux mots » sont des mots, des phrases ou des segments que l’outil de TAO ne reconnaît pas car ils n’ont jamais été mentionnés auparavant dans le texte. Ils sont ensuite intégrés à la mémoire de traduction.

Les « nouveaux mots » sont généralement ceux qui représentent la plus grosse partie d’un projet : on se basera alors sur leur nombre pour établir le coût d’un projet de traduction.

Outils de TAO

Voici un des acronymes du secteur de la traduction les plus répandus. L’acronyme TAO désigne la traduction assistée par ordinateur ou CAT en anglais (ce qui n’a rien à voir avec le chat). En effet, la TAO facilite le processus de traduction : un bon compagnon pour le traducteur, un peu comme le chat finalement.

La TAO accélère la traduction en découpant le texte source en segments plus courts et en les organisant de sorte à faciliter le travail du traducteur. Par conséquent, la traduction va beaucoup plus vite. Certains outils de TAO permettent d’éditer et de gérer les traductions ; une collaboration entre l’humain et la machine qui optimise le processus de traduction. Attention toutefois à ne pas confondre la TAO avec la traduction automatique.

PAO

Souvent utilisée sous l’abréviation PAO, la publication assistée par ordinateur (DTP en anglais pour « desktop publishing ») fait référence à l’utilisation de logiciels tels qu’Adobe FrameMaker, QuarkXPress, Microsoft Publisher, et Adobe InDesign pour mettre en forme les textes et images selon la demande et créer un aperçu.

La PAO est utilisée pour différents types de documents tels que les brochures, les pages web et les manuels d’instructions. La mise en page de ces types de textes doit être modifiée après la traduction, car la longueur des fragments ou le sens de l’écriture peuvent différer dans le texte source et dans le texte cible.

PM

Un gestionnaire ou chefs de projets ou « project manager » (PM) supervise et gère les projets de traduction pour le client et l’agence de traduction. Leurs compétences parmi tant d’autres sont d’assigner le ou les traducteurs les plus adaptés à un projet, de garder le client informé du statut de la traduction et de s’assurer que le projet de traduction se déroule au mieux pour être livré à temps et être de la meilleure qualité possible.

Post-édition

La post-édition est l’examen et la correction du texte qui a été produit par un système de traduction automatique ou semi-automatique (voir traduction automatique plus bas). Il s’agit là de contrôler les textes traduits par des traducteurs automatiques comme Deepl ou encore GoogleTranslate car il s’agit de traudctions réalisées à l’aide d’lagorythmes ; ils nécessitent donc que des traducteurs repassent derrière pour parfaire et modifier le texte en entier pour obtenir un résultat acceptable et digne d’un vrai auteur.

Il faut donc s’assurer los de la post-édition que la traduction respecte les règles grammaire, de ponctuation, d’orthographe, les exigences de sens, le contexte, le snes des phrases, etc. La personne chargée de cette tâche est appelée un post-éditeur.

Pré-édition

Il s’agit du processus de préparation du texte avant sa traduction par un système de traduction automatique ou semi-automatique (voir traduction automatique et mémoire de traduction). Une personne prépare le document pour que le texte à traduire soit modifié afin de simplifier le futur processus de post-édition (voir ci-dessus). Il peut s’agir d’enlever ou adapter des phrases, mais surtout de revoir le format du texte et sa mise en page.

Prix au mot / PPW

Le PPW (« price per word ») désigne le tarif au mot du traducteur. C’est un des éléments cruciaux qui influencent le prix de la traduction. Un traducteur francophone n’utilisera peut-être pas cet acronyme.

Lorsque le traducteur fixe son prix au mot, il se doit d’annoncer explicitement s’il s’agit des mots du texte source ou du texte cible. Le prix au mot peut varier selon la langue cible, par exemple des langues germaniques ont souvent des tarifs plus élevés en raison de leurs constructions syntaxiques et de la rareté de traducteurs spécialisés dans ces langues sur le marché.

Ce tarif varie également en fonction de la taille du document, on aura par exemple des réductions de tarifs pour les demandes dépassant les 10 000 mots, et à l’inverse des tarifs plus élevés pour des traductions de seulement quelques phrases (on pourra même dans ce cas précis appliquer un tarif qui n’est pas basé sur le nombre de mots).

Relecture/Révision

Il s’agit du processus de révision presque finale d’un texte dans sa langue cible. Cette opération inclut la vérification de l’orthographe, de la grammaire, de la ponctuation, de la terminologie, du registre, du style, etc. et peut nécessiter le remaniement du texte (pour assurer son adéquation avec les graphiques, les illustrations, etc.). La révision peut également nécessiter de réduire ou d’agrandir le texte pour répondre aux exigences en matière d’espace disponible.

Il peut arriver de retrouver des fautes commises par les personnes chargées de la traduction de ce texte, et même s’il s’agit de fautes de frappes ou d’inattention, elles doivent être corrigées par le relecteur. Celui-ci repasse avec un oeil neuf sur le travail déjà réalisé par un professionnel dans le but de rendre un produit final qui soit parfait.

Répétitions

Comme leur nom l’indique, les répétitions sont des mots, des phrases ou des segments qui se répètent dans le texte et qui n’ont généralement pas besoin d’être traduits à nouveau. Elles entrainent par exemple une réduction du coût de la traduction.

Cependant, même dans des cas de correspondance à 100 % entre les segments source et cible enregistrés dans la TM, il est crucial que le traducteur vérifie si le contexte est toujours adapté à la traduction, et si besoin qu’il réalise les changements nécessaires.

TEP/TER

Voici désormais un autre des acronymes du secteur de la traduction qui est sûrement le plus important en termes de qualité : le processus de TEP, pour les termes anglais « translation », « edition » « proofreading », désigne les trois étapes les plus importantes d’un projet de traduction : traduction, édition, relecture, ce qui nous donne TER en français.

Ces trois étapes nécessaires représentent le mode opératoire standard pour une agence de traduction professionnelle ; et la qualité de la traduction en dépend. Si elles ne sont pas (bien) réalisées, le résultat final peut se trouver être médiocre.

TM (Mémoire de traduction)

La mémoire de traduction ou TM (de l’anglais « translation memory »), désigne la base de données dans laquelle les « segments » des outils de TAO sont enregistrés. Ces deux outils travaillent en harmonie. Les segments stockés peuvent être des phrases, des paragraphes, des titres et sous-titres, ou tout élément qui a déjà été traduit.

Une TM est un fichier bilingue qui enregistre toutes les traductions. Elle permet d’analyser les nouveaux textes d’un même client et d’assurer une cohérence entre différents segments qui se répètent : elle sert donc aussi à calculer les répétitions dans un document, ce qui entrainera des réductions du coût de traduction.

Traduction automatique (TA)

La traduction automatique (TA) est différente de la TAO. On peut aussi souvent la reconnaître sous la forme anglaise MT (pour « machine translation »). Cet outil ne fait que substituer les mots d’une langue à une autre sans être capable de reconnaître les phrases ou les expressions pourtant idiomatiques qui devraient être traduites tout autrement.

Sur ce blog, nous vous tenons souvent informé des avancées et problématiques de la TA : c’est un secteur prometteur qui a connu beaucoup de progrès ces dernières années, mais nombreux doutent que la traduction automatique pourra un jour remplacer les véritables traducteurs professionnels.

Traduction inversée

La traduction inversée (« back translation » en anglais) consiste à réaliser le processus de traduction inverse : traduire à nouveau un texte qui était d’ores et déjà traduit vers sa langue d’origine. On utilise généralement cette méthode lorsque l’on réalise un contrôle qualité d’une traduction afin d’en repérer les inexactitudes et les ambigüités. Elle doit être réalisée par un traducteur différent de celui de la traduction originale.

La traduction inversée n’est pas utilisée pour tous les projets de traduction au vu de son coût élevé et pas toujours pertinent, mais elle est principalement utilisée lorsqu’il s’agit d’être extrêmement précis comme pour des documents légaux ou des instructions techniques.

Transcréation

Pour ce qui est de personnaliser son contenu pour un public cible spécifique, la transcréation va encore plus loin que la localisation. Là où la localisation adapte, la transcréation repart quasiment de zéro, s’empare des idées du message qui doit être diffusé et le reforge pour les nouveaux lecteurs.

Comme son nom l’indique, elle fait appelle à la créativité. On peut ici penser à des slogans drôles, des chansons qui devraient contenir des rimes, ou même à une expression à tatouer !

Transcription

La transcription est le procédé qui consiste à convertir un script oral sous forme textuelle. Le texte qui en résulte ne sera pas toujours traduit dans une autre langue. La transcription est un outil indispensable pour la traduction de document audio, autant pour de simples contrats de « voice over » ou dans l’industrie du doublage de productions audiovisuelles.

Nous espérons que cette présentation rapide des termes et acronymes du secteur de la traduction vous aidera à mieux comprendre les bases de la traduction. D’autres termes qui vous échappent encore ? Faites-le-nous savoir !

Besoin de services de traduction de qualité ? N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus, ou pour demander un devis gratuit dès aujourd’hui sur le site web de BeTranslated.

Une question ?

Nos gestionnaires de projets sont à votre disposition. Contactez-nous dès aujourd’hui pour obtenir de plus amples informations ou un devis gratuit.

Rechercher

Suivez-nous !