+34 962 02 22 22 francais@betranslated.com

L’Espagne et ses surnoms typiques

L’un des éléments caractéristiques de l’Espagne est évidemment la présence de très fortes identités régionales, identités se traduisant notamment par une diversité de langages locaux, toujours en vigueur pour certaines communautés autonomes malgré l’instauration du Castillan comme langue nationale officielle.

Cependant, l’héritage linguistique est encore prégnant dans la société espagnole actuelle avec l’existence de termes usités exclusivement dans telle ou telle région du pays. C’est notamment le cas pour les surnoms typiques d’Espagne qui varient selon l’endroit où l’on se situe pour les raisons précédemment évoquées.

Un des exemples les plus flagrants se trouve dans la traduction de l’expression « petit garçon ». Dans la principauté des Asturies ce surnom typique d’Espagne sera traduit par « guaje » tandis que dans la Communauté valencienne, on préférera utiliser le terme « tete ». Tous les mots ayant une histoire, le mot « tete » est par exemple une déformation du substantif catalan « xiquet » qui signifie « garçon ».

Dans plusieurs régions, ce surnom a également subi certaines transformations ainsi que des détournements de sens : en Murcie, le terme castillan pour désigner le jeune garçon « muchacho » peut perdre sa première syllabe, prenant alors un tout autre sens puisque l’interjection « acho » fait office de salutation. Aux Canaries c’est son pendant féminin « muchacha » qui s’est progressivement transformé en « muyaya », conservant toutefois le sens originel de « jeune fille ».

Le surnom « petit garçon » ou « petite fille » n’est pas le seul à faire l’objet de traductions variables et de détournements de sens selon les régions espagnoles. D’autres surnoms typiques d’Espagne possèdent cette particularité. Ainsi, si vous désirez attirer l’attention d’une personne que vous connaissez lors d’un séjour en Andalousie vous devrez dire « Illo » afin de l’interpeller.

À Madrid, vous utiliserez le terme « Tronco » ou bien « Tronca » au féminin afin de désigner l’un de vos collègues de travail. En Castille-et-Léon vous pourrez entendre le mot « Majo » pour désigner une personne sympathique.

L’article du blog Intercountry sur les surnoms typiques d’Espagne évoque ce sujet en détail. Ce point de langue est important et tend à démontrer une fois de plus que la traduction n’est pas une chose aisée et qu’il est important d’avoir une connaissance globale de la culture du pays jusque dans les moindres détails afin de la pratiquer.

C’est notamment grâce à cette connaissance que l’agence BeTranslated peut proposer des traductions professionnelles intégrant chacune des spécificités propres à la langue traduite. En effet, une erreur de traduction commise par une personne n’étant pas professionnelle pourrait changer le sens d’un texte dans des proportions immenses.

Des erreurs non sans conséquences comme pour les surnoms typiques en Andalousie où pour dire « mec » on utilisera « pisha », mot provenant du terme espagnol « picha » qui est lui utilisé dans un registre très familier afin de désigner l’organe génital masculin.

L’utilisation de ce surnom dans une région où il n’est pas connu pourrait donc s’avérer extrêmement gênante et nuire à l’image s’il est mal utilisé.

 

 

Traduction de titres de films : un vrai défi !

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la traduction des titres de films n’est pas toujours une sinécure.

Le retitrage peut en effet s’avérer quelquefois fastidieux, de nombreux facteurs étant à prendre en compte lors de la traduction d’un titre de film.

Un travail en apparence facile, mais en pratique beaucoup moins…

Le retitrage est un domaine qui regorge de subtilités et de petits pièges à éviter, ces derniers pouvant donner du fil à retordre à un traducteur chevronné.

La traduction du titre d’un film est une mission périlleuse : celui-ci va en effet être l’identité du film, censé représenter le condensé de deux heures de visionnage. Le titre doit susciter la curiosité du spectateur et lui donner envie d’en savoir plus à travers la bande-annonce, bande-annonce qui par ailleurs illustrera le fameux titre. Autant dire que ce n’est pas une étape à prendre à la légère.

Le plus compliqué dans cette discipline est de ne pas dénaturer le titre original : celui-ci doit évoquer le contenu du film et avoir un lien logique avec, quelle que soit la traduction qu’on décide de lui attribuer.

Les titres ont également une importante dimension marketing, ils doivent être accrocheurs et déclencher la curiosité et l’envie. Il est donc primordial d’utiliser des termes marquants et facilement compréhensibles. En clair, le public doit d’emblée pouvoir imaginer le scénario à la seule lecture de l’intitulé du film.

L’aspect culturel est également crucial, le titre faisant appel à des références partagées par le public national visé, telles que les expressions idiomatiques, les jeux de mots, mais également l’humour. Le traducteur doit aussi faire attention au vocabulaire employé. Certains mots peuvent être tabous suivant les pays et sont donc à éviter. Une bonne adaptation sera donc primordiale pour ne pas heurter ou choquer le public cible.

Le titre original du film a souvent été long et difficile à trouver pour les producteurs, il incombe donc au traducteur de retransmettre au mieux toutes les nuances et polysémies que le titre original peut comporter.

Les titres de films pour le public francophone

Les titres des gros blockbusters américains sont généralement laissés en anglais, agrémentés de quelques transformations minimes. L’anglicisme est en effet très prisé, une tendance qui se renforce avec les années. Le seul impératif est que l’anglais soit à la portée de tous les francophones.

Ce procédé s’appelle le globish : le globish est en fait une version simplifiée de l’anglais, il s’apparente à un langage et désigne l’anglais international parlé par les non-natifs. Dans ce contexte, tous les termes techniques ou trop compliqués sont substitués ou supprimés. Plusieurs films en ont déjà subi les conséquences :

  • The Hangover devient Very Bad Trip
  • No Strings Attached devient Sex Friends
  • The Boat That Rocked devient Good Morning England

Ces différences seront sans doute sans intérêt pour des personnes ayant un bon niveau d’anglais, mais pour d’autres elles sont indispensables. À noter que cette démarche n’est que purement commerciale.

Certains titres anglais se doivent tout de même d’être traduits en français : c’est notamment le cas des films pour enfants, les bambins n’étant pas censés avoir une connaissance même basique de l’anglais. Voici une liste non exhaustive de ces titres de films pour enfants traduits en français :

  • Finding Nemo devient Le monde de Némo
  • Frozen (“congelé”) devient la Reine des Neiges
  • Tangled (« emmêlé » dû à la longue chevelure de la princesse) devient Raiponce
  • The Nightmare Before Christmas (“le cauchemar avant Noël”) devient L’étrange Noël de monsieur Jack

On notera que les titres des films traduits en français perdent parfois l’audace et l’originalité qu’ils avaient dans leur version originale. Pour être compris par les plus petits, ils laissent parfois de côté le côté créatif.

Ces titres de films à la traduction farfelue

Dans certains pays, les titres de films n’ont pas été épargnés et se sont vus attribués des traductions farfelues et parfois bien différentes de leur version originale :

    1. Dirty Dancing : Danse lascive (Québec)
    2. Léon : Ce tueur n’est pas aussi froid qu’il le croyait (Chine)
    3. Grease : Vaseline (Argentine)
    4. Pulp Fiction : Fiction pulpeuse (Québec)
    5. The Dark Knight : Le chevalier de la nuit (Amérique latine)
    6. Jaws : Les dents de la mer (France)
    7. Knocked up : Une nuit gros ventre (Chine)
    8. Top Gun : L’amour dans les cieux (Israël)
    9. The sixth sense : C’est un fantôme (Chine)
    10. Home alone : Maman, j’ai raté l’avion (France)

Toutes ces traductions sont remplies de contresens et détournent le genre original, mais ces modifications sont purement marketing. Elles ont au moins le mérite de nous faire sourire. Il reste néanmoins fondamental de faire appel à un traducteur professionnel pour préserver l’essence et l’intention du texte source.

Chez BeTranslated nos traducteurs qualifiés sont spécialisés dans le domaine de la traduction audiovisuelle et peuvent répondre à toutes vos demandes. Contactez notre bureau de traduction dès aujourd’hui, nos gestionnaires de projets seront ravis de pouvoir répondre à vos attentes.

Ces mots russes que vous connaissez…

Lorsque nous sommes allés à l’opéra à Kiev, nous nous sommes rendus compte, pour la première fois, de l’influence du français sur la langue russe. Nous entrons dans ce magnifique bâtiment, prenons nos billets et cherchons notre chemin vers le vestiaire. Une des plaques directionnelles en bronze nous interpelle : гардероб (à prononcer garde-robe). Il s’agissait bien du vestiaire ! (suite…)

Les Français rechignent-ils à apprendre les langues étrangères ?

Est-il exagéré d’affirmer que les Français sont paresseux quand il s’agit d’apprendre une langue étrangère ?

Les Français sont souvent critiqués pour leur méconnaissance des langues étrangères. Cela pourrait-il être attribué au simple fait que nous savons que le français est parlé un peu partout dans le monde ? De nombreux pays sont francophones et, dans d’autres, l’enseignement du français est très largement répandu. Voilà une bonne excuse pour ne pas devenir bilingue. Puisque nous ne sommes pas motivés par une nécessité absolue, nous sommes parfois considérés comme des paresseux sur le plan linguistique. (suite…)