Chef de projet de traductionJe tiens à commencer par dire une chose : j’adore mon métier. La traduction, c’est ma passion. Mais… Cela ne veut pas dire que la vie de chef de projet est toujours rose. Nombreux sont ceux qui pensent que le simple fait de maîtriser plusieurs langues ouvre la porte au boulot de leur rêve. Malheureusement, la réalité est bien différente. Le métier de chef de projet de traduction ne s’improvise pas. De nombreuses compétences sont indispensables, notamment la sociabilité et le sens de l’organisation. Voici un petit aperçu de mon quotidien en tant que chef de projet de traduction.

Communiquer du matin au soir

Êtes-vous plutôt sociable ? Si vous êtes un chef de projet de traduction, au sein d’une agence de traduction ou comme freelance, vous devez impérativement aimer le contact avec les gens. Vous serez sans cesse en contact avec vos clients. Par conséquent, entretenir de bons rapports avec ces derniers est primordial pour le bon déroulement des projets qu’ils vous confient. Un client n’est pas l’autre. Cela va de soi. Certains seront particulièrement avenants et sympathiques… Ce sera un véritable plaisir de travailler avec eux. Mais d’autres seront plus difficiles à comprendre. Tout chef de projet de traduction se doit de s’adapter à son interlocuteur afin d’assurer une communication fluide et fructueuse.

Développer de nombreuses compétences

Comme mentionné plus haut, les chefs de projet de traduction doivent être polyvalents. De toute évidence, être bilingue (voire multilingue) est essentiel. Mais… il s’agit juste de la partie visible de l’iceberg. La partie immergée cache de nombreuses autres compétences indispensables :

  • La maîtrise des outils informatiques
  • De solides capacités de communication
  • La maîtrise de plusieurs langues (au moins deux)
  • La révision des traductions
  • La pratique continuelle de la langue (si la langue en question n’est pas une langue maternelle ou qu’elle n’est pas suffisamment pratiquée, le chef de projet peut petit à petit l’oublier)

Bien gérer son temps

Par définition, le mot « traduction » rime avec « mondialisation ». La portée internationale de ce type d’activité implique que mes clients vivent aux quatre coins du globe. Qui dit différents pays et continents dit… différents fuseaux horaires. Les chefs de projet de traduction sont contraints de s’habituer à cette réalité de leur profession. Il est 6 heures plus tard chez votre client ? Dans ce cas, vous devez programmer le travail en fonction de ce décalage horaire. Et n’oubliez pas : ce décalage horaire concerne également les délais de livraison ! Lorsqu’un client vous demande la livraison d’une traduction à 20 heures, il fait bien sûr référence à l’heure locale et non à l’heure qu’il fait chez vous.

Relever les défis techniques

Outre jongler avec différentes langues, un chef de projet de traduction se doit d’être un as de la technologie. Il doit, entre autres, maîtriser des outils de traduction assistée par ordinateur (TAO). Certains traducteurs sont particulièrement rapides, mais ce ne sont pas des machines. Les outils de traduction assistée par ordinateur facilitent la vie de traducteurs et des chefs de projet. Comment ? En combinant l’intelligence humaine à l’intelligence artificielle. Et puis… parlons également des outils de gestion de projet. Peu importe la nature de la mission, un chef de projet doit toujours organiser son travail de manière structurée afin de respecter les échéances. Vous souhaitez être un chef de projet de traduction ? Dès lors, préparez-vous à être organisé, organisé et… encore organisé !

Gérer le stress

Et enfin, le métier de chef de projet de traduction peut être extrêmement stressant. Le travail est bien sûr très gratifiant. Mais quoi qu’il en soit, avec les délais, les clients et les projets, il est parfois difficile de sortir la tête de l’eau… il arrive même qu’on boive la tasse ! Sans oublier les traductions urgentes. Les échéances sont parfois humainement très compliquées à respecter. Et c’est là que commence la course contre la montre. Le stress est inévitable. Tous les chefs de projet de traduction feront face à des situations angoissantes pendant leur carrière. Mais, je le répète : j’adore mon travail. Il est passionnant, enrichissant, et me donne envie de me lever chaque matin. Dans la balance, les inconvénients ne pèsent pas lourd face à tous les avantages qu’implique ce fabuleux métier.

Zoom sur le métier de chef de projet de traduction
5 (100%) 1 vote