+34 962 02 22 22 francais@betranslated.com

Interprétation consécutive et simultanée : quelles différences ?

L’interprétation a pour but de rendre possible la communication verbale entre des personnes qui ne parlent pas la même langue. On appelle interprètes ceux qui effectuent ce service.

Ces linguistes chevronnés doivent restituer le message d’origine selon un temps de réflexion et de recherche stylistique très restreint. Les services d’interprétation sont souvent utilisés lors de conférences de presse, séminaires, réunions, etc.

Dans cet article nous aborderons les deux principaux types d’interprétation existants.

L’interprétation consécutive

Lors d’une interprétation consécutive, l’orateur va émettre un discours pendant un certain temps, en général de 10 à 20 minutes. Pendant ce temps, l’interprète va devoir prendre des notes, mais également mémoriser tout ce qui est en train d’être dit. Une fois que l’orateur s’interrompt, l’interprète prend le relais et restitue dans la langue cible tout ce que l’orateur aura exprimé quelques minutes auparavant.

La prise de notes en interprétation consécutive est surtout basée sur des symboles et abréviations parfois propres à l’interprète, parfois universels. Il ne s’agit pas de réécrire tout le discours, mais d’en dégager l’idée principale. En revanche, la prise de notes des titres hiérarchiques, des noms propres, des fonctions, des dates et des chiffres est fondamentale pour rester le plus fidèle possible au discours d’origine.

Par ailleurs, une importante culture générale est indispensable afin d’être le plus efficace possible. Effectuer au préalable une recherche du sujet qui sera abordé est également conseillé, notamment en matière de vocabulaire ou d’autres données susceptibles d’être utilisées lors du discours.

L’interprétation consécutive a l’avantage d’offrir au traducteur un laps de temps plus long pour restituer le discours, contrairement à la traduction simultanée.

L’interprétation consécutive est souvent utilisée lors de visites diplomatiques, d’inaugurations d’événements, de voyages d’affaires, de réceptions ou encore de dîners professionnels.

L’interprétation simultanée

L’interprétation simultanée est légèrement différente : l’orateur s’exprime ici dans une langue source et l’interprète restitue en même temps le contenu dans une langue cible. Afin que leur concentration ne soit pas entravée, les interprètes travaillent généralement en cabine insonorisée et disposent d’un casque de manière à n’entendre que la voix de l’orateur et de ne pas être perturbés par un quelconque bruit extérieur. Le discours en langue cible est ensuite directement envoyé au public via des écouteurs prévus à cet effet.

L’interprétation simultanée demande au traducteur de faire plusieurs choses en même temps : écouter, penser et restituer. Cela requiert donc un effort intellectuel considérable.

À l’inverse d’une interprétation consécutive, les interprètes en simultané vont travailler à plusieurs (en général 2 ou 3) afin de se relayer toutes les 30 minutes ou moins, surtout lorsque le rythme est soutenu.

L’interprète aura plus tendance à répéter mot pour mot ce que l’orateur vient de dire plutôt que de reformuler totalement le contenu comme cela serait le cas en interprétation consécutive.

Premier avantage de l’interprétation simultanée : tous les participants comprennent et suivent en même temps l’élocution en langue source et cible. Cela garantit donc une communication fluide entre l’intervenant et le public.

Le second est qu’en traduction simultanée, le temps du discours est également celui de l’écoute, inutile de prolonger la durée de l’événement.

Les entreprises ont généralement recours à des services de traduction simultanée lors de congrès ou de conférences. D’ailleurs, l’interprétation simultanée est aussi appelée interprétation de conférence.

Pour résumer

L’interprétation consécutive est en mesure d’offrir plus de précisions : l’interprète va en effet mieux contrôler la situation, bénéficiant de plus de temps pour comprendre et structurer au mieux le message émis. De cette manière, il évitera les traductions littérales, parfois synonymes de contresens, mais également les interférences.

L’interprétation simultanée, elle, fait gagner du temps. Le discours sera par contre moins élaboré : l’interprète n’ayant pas le même temps de réflexion, le sens doit être restitué dans la seconde qui suit le discours. A contrario, l’interaction sera plus fluide.

En bref, il n’y a pas de choix tout indiqué, dans la mesure où ces deux services restent étroitement liés. Complémentaires et indépendants, ils sont indispensables à la bonne tenue de certains événements.

Si vous souhaitez faire appel à des services d’interprétation, BeTranslated est à votre disposition. Contactez notre agence dès aujourd’hui pour de plus amples informations et un devis gratuit sans engagement.

Les différents métiers de la traduction

Souvent décrite comme un domaine saturé et à l’avenir incertain, la traduction est en fait un secteur dynamique au sein duquel les opportunités professionnelles sont bien plus nombreuses que ce que l’on pourrait imaginer au premier abord. Si le métier de traducteur indépendant freelance est la voie la plus empruntée au sortir d’une formation en traduction, d’autres options existent. Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive des métiers de la traduction.

Traducteur

Profession exercée par (seulement) quelques milliers de Français, le métier de traducteur exige un excellent niveau en langues, de bonnes capacités rédactionnelles et une solide culture générale. Les contenus qu’un traducteur est amené à traiter sont en effet très variés : de la notice d’utilisation au communiqué de presse en passant par les brochures touristiques ou des textes marketing, le spectre est plutôt large. Les traducteurs se spécialisent en général dans un ou plusieurs domaines en vue de devenir de véritables experts dans divers secteurs ! Un traducteur peut ainsi œuvrer comme localisateur (traduction d’applications mobiles et de sites internet), il peut être assermenté (traduction de documents juridiques officiels), officier comme traducteur littéraire ou autre. Les domaines de spécialisation sont nombreux : tourisme, informatique, aéronautique, etc. Voilà pourquoi C’est pourquoi c’est un métier dans lequel le bilinguisme ne suffit pas : il faut aussi être très curieux et consacrer du temps à l’approfondissement de ses connaissances dans chacune de ses spécialités. Concernant les conditions de travail, le traducteur a en général le choix entre le salariat et l’auto-entrepreneuriat. Mais en réalité, il existe très peu de postes en entreprise et la plupart des traducteurs exercent en tant qu’indépendant freelance, depuis leur domicile.

Interprète

Les non-initiés ont souvent tendance à confondre interprètes et traducteurs, mais ces deux métiers sont totalement distincts et offrent des conditions d’exercice fort différentes, même s’il est possible d’exercer les deux à tour de rôle. Si le traducteur travaille souvent dans le confort de sa maison, l’interprète est quant à lui amené à se déplacer au gré de ses ses missions, même s’il est important de reconnaître que la crise sanitaire a popularisé l’interprétation par visioconférence ou téléphone. Il a aussi la possibilité d’exercer au sein d’une organisation internationale (comme l’ONU ou la Commission européenne), sous réserve de réussir un concours très sélectif. L’interprétation est un métier exigeant, qui requiert rigueur, travail et concentration. À tel point que lors de grands événements internationaux, les interprètes travaillent en binôme, et par tranches de 20 minutes pour garantir une concentration optimale.

Chef de projet en agence de traduction

Si le chef de projet en agence de traduction n’est pas un traducteur, il doit posséder une bonne connaissance du milieu afin de concilier au mieux les exigences des clients avec la réalité du métier. La plupart d’entre eux ont donc déjà exercé en tant que traducteurs, ou suivi une formation pour le devenir. Le quotidien du chef de projet consiste à réaliser des devis relatifs aux projets de ses clients, puis d’assigner un ou plusieurs traducteurs pour réaliser la traduction dans les temps. C’est un métier qui exige une certaine rigueur et un excellent sens de l’organisation pour mener à bien plusieurs projets en même temps sans s’emmêler les pinceaux.

Traducteur audiovisuel

Véritable catégorie à part, le traducteur audiovisuel concentre son activité autour du monde de la vidéo (cinéma, séries, documentaires, conférences, tutoriels, cours en ligne, etc.) à travers deux activités principales : le sous-titrage et le doublage. Le premier reste un travail de traduction, néanmoins agrémenté de nombreuses contraintes de travail : il faut respecter le temps de parole de l’audio, réussir à retranscrire de manière concise, caler avec précision les sous-titres, etc. Le doublage (ou voice-over) consiste quant à lui à coucher sur papier l’audio original, un document par la suite lu par un comédien et ajouté à la vidéo. La difficulté consiste donc à respecter le rythme (pauses, hésitations…) et la durée de l’intervention originale. Une bonne capacité de synthèse est indispensable pour mener à bien ce type de projets.

Terminologue

Le terminologue est un linguiste qui a pour mission de trouver l’équivalent d’un terme étranger dans sa langue maternelle, et ce dans des domaines de spécialité comme l’informatique, l’aéronautique ou autres. Il peut travailler dans les organisations internationales, au ministère de la Culture ou au sein même des entreprises. Certains terminologues sont également chercheurs à l’université. Pour devenir terminologue, un bac +5 est nécessaire. La plupart des masters en traduction proposent des spécialisations en terminologie, même si certains diplômes sont exclusivement orientés vers le métier de terminologue. Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à nous suivre pour découvrir plus de contenu en lien avec les langues et la traduction.

Les interprètes seront-ils un jour remplacés par l’IA ou des robots ?

Internet semble en ce moment regorger de discussions concernant l’apprentissage machine, l’intelligence artificielle (IA) et d’autres technologies inventives qui pourraient éventuellement remplacer les humains dans leurs travaux. En effet, certains journalistes s’inquiètent que des logiciels basés sur l’IA, plus particulièrement des reporters-robots les remplacent. Cette prouesse paraissait ridicule, si ce n’est complètement impossible quelques années en arrière.

Évidement, l’industrie de la traduction est concernée de près par ces logiciels basés sur l’IA. Cependant, le fait que des ” traducteurs ” reposant sur le système d’IA remplace totalement les traducteurs humains dans un futur proche est discutable, et certains spécialiste considèrent que cette technologie n’est pas aussi bonne qu’on le dit.

Est-il possible que l’IA et les robots remplacent les traducteurs humains ?

Actuellement, l’IA est omniprésente et parmi ses nombreuses utilisation, on peut citer les assistants virtuels, comme Siri pour Apple et Alexa pour Amazon, qui peuvent par exemple identifier qui et quoi se trouve dans une photographie. En s’appuyant sur vos achats précédents et vos préférences, le robot vous propose des idées pour vos futurs achats lorsque vous faites du shopping en ligne.

La technologie d’apprentissage machine actuelle possède la capacité d’apprendre des langues, mais elle ne peut pas comprendre entièrement l’essence des communications humaines. Vous trouverez ci-dessous des raisons qui prouvent que les robots et l’IA ne peuvent pas remplacer les traducteurs humains pour le moment.

Un système de traduction universel est un projet qui semble pour l’instant impossible

Pour qu’un système planétaire de traduction automatique voit le jour, il faudrait des avancées considérables dans la technologie. Il existe aujourd’hui dans le monde 7000 langues, et  la traduction automatique ne couvre que quelques unes des langues majeures, il reste donc du chemin à parcourir. Au delà d’intégrer tout le vocabulaire de ces langues aux robots, les développeurs devront également inclure des règles de traduction.

L’évolution du langage

Le langage évolue à une vitesse alarmante. Certains mots et idées employés actuellement n’existaient pas il y a une ou deux décennie. D’autre part, le sens des mots pourrait changer, tout comme l’utilisation que les gens en font, qui pourrait ne plus être la même que celle du départ. Les humains sont bien mieux placés que les robots  lorsqu’il faut s’adapter aux dynamiques de changement du langage.

Les robots ne peuvent pas comprendre une culture

Les différentes cultures amènent des termes lexicaux différents, comme les noms propres, les expressions idiomatiques et l’argot, qui sont uniques à une culture particulière. Les robots ne peuvent pas reconnaître ou comprendre une culture. De leur côté les traducteurs humains, qui sont de véritables experts des langues qu’ils traduisent, comprennent parfaitement les tournures idiomatiques et l’argot.

Retenez qu’un mot peut signifier une chose dans une langue, et quelque chose de complètement différent dans une autre. Ce n’est pas parce qu’une machine peut traduire directement un mot qu’elle en comprend le sens. Par exemple, certaines langues ont des mots avec un double sens, et cela peut représenter un obstacle pour la traduction automatique.

Il est très compliqué pour une machine d’égaler la versatilité de l’esprit humain

L’apprentissage machine est excellent lorsqu’il faut traduire une document qui suit une logique structurée. D’un autre côté, le langage est relativement fluide, et ne comporte pas de critère spécifique, en plus d’avoir une certaine personnalité. Une machine ne pourra pas traduire tout cela de la bonne façon la poésie, l’humour, les émotions et les jeux de mots contenus dans une langue.

Les machines ne vont pas remplacer votre poste dans l’immédiat

Vous aurez deviné en lisant cet article que les traducteurs automatiques ne vont pas vous remplacer demain. Bien qu’il soit possible que des interprètes, des traducteurs, des journalistes, des rédacteurs et autres experts des langues perdent leurs emplois à l’avenir en faveur des IA et des robots, cela n’arrivera pas dans un futur proche. Cependant, les experts affirment que d’ici les 5 prochaines années environ, les traducteurs automatiques seront utilisés dans 80% des services de traduction dans le monde.

Vous avez des document commerciaux ou du contenu pour un site internet que vous aimeriez faire traduire ? Nos experts traduisant vers leur langue maternelle ont de l’expérience dans le fait de fournir des traductions justes et de haute qualité, qui feront plus que répondre à vos attentes. Contactez BeTranslated pour plus d’informations ou un devis gratuit et sans engagement.

 

Les destinations préférées des traducteurs depuis l’aéroport d’Orly

Besoin d’évasion et de changement d’air en ces périodes compliquées de confinement et de couvre-feux ? c’est bien normal et vous n’êtes pas le seul ! Alors analysons quelles sont les principales destinations des traducteurs qui souhaitent s’aérer l’esprit pour retrouver l’inspiration et la motivation dans leur travail.

La liberté de travailler où l’on veut

Au départ de Paris, votre éventail de possibilités est presque infini et sans limites. Laissez votre voiture au parking aeroport Orly et partez à l’aventure ! Facile à réserver avec une app de parking , cela vous fera gagner un temps précieux et vous évitera un stress considérable. Un simple ordinateur portable vous suffit à vous connecter à un wifi pour travailler depuis n’importe quel point du globe. Alors voyagez léger pour un sentiment de liberté encore plus grand ! Un simple sac à dos suffira bien souvent à votre bonheur !

Quelques vêtements et affaires de toilettes, vos papiers d’identités, votre pack complet du parfait traducteur (ordinateur portable, souris, chargeur et casque audio pour les réunions avec les clients) et le tour est joué ! Profitez ensuite des plaisirs de découvrir de nouvelles destinations ou de flâner dans les plus belles villes européennes entre deus sessions de traduction pour vos clients. Essayez de structurer vos journées afin d’avoir le temps de tout faire (travail et visites / détentes) pour mieux profiter de votre séjour.

Les pieds dans l’eau ou perdu dans la montagne

Un simple regard sur la liste des vols directs au départ de Paris Orly vous donnera une idée du très vaste choix qui s’offre à vous. Et vous n’aurez que l’embarras du choix : des plus simples aux plus exotiques, toutes les destinations s’offrent à vous ! La décision se fera principalement en fonction de votre budget et de envies.

Soleil et plages, panorama montagneux et vin chaud, visite d’une capitale culturelle, etc. Barcelone, la Corse, Monaco, Venise et Porto sont les destinations privilégiées depuis Paris par les traducteurs pour de courtes escapades (entre un week-end et une semaine). Pour de plus long séjours (entre une semaine et un mois), des destinations comme le Sud Est asiatique, Cuba ou l’Argentine sont généralement privilégiées.

Des séjours courts pour changer d’air souvent

Pour les traducteurs passionnés que vous êtes, nous vous conseillons d’opter pour des séjours relativement courts, qui vous permettront de vous ressourcer rapidement et de changer d’air, tout en vous permettant de continuer facilement vos activités professionnelles. Notre destination favorite ? A coup sûre la capitale Catalane ! En effet, Barcelone offre tout ce qu’un baroudeur peut espérer. Soleil, plage, vie culturelle et festive très animée, gastronomie succulente et variée, et coup du séjour très abordable. Préférez un logement un peu excentré (évitez d’être trop proche de la Rambla par exemple) pour plus de calme et d’authenticité. Un pur bonheur, à profiter sans modération ! Alors profitez pleinement des joies du voyage tout en satisfaisant tous vos clients par des traductions de qualités ! Et retrouvez toujours plus d’info et d’astuces pour les traducteurs sur notre site Blog de BeTranslated sur la traduction .

Le travail en coworking pour les indépendants : pour et contre

Les espaces de coworking connaissent un engouement depuis quelques années. Ils permettent en effet aux indépendants et aux télétravailleurs de se trouver des collègues tout en travaillant dans un environnement agréable. Mais est-ce vraiment le choix idéal pour un traducteur indépendant, au vu de ses besoins bien spécifiques ? Regardons de plus les avantages et inconvénients de cette pratique. (suite…)

Facultés et universités où est enseignée la traduction à travers le monde

BeTranslated a réuni dans cette liste les universités et écoles offrant des diplômes en traduction depuis 2002. Elle inclut des écoles de traduction et des universités du monde entier pour lesquelles nous avons pu trouver un site web. Ces institutions proposent le plus souvent des cycles universitaires complets, des programmes de traduction plus courts ou des formations post-universitaires.

Veuillez noter que nous n’avons aucun lien avec ces lieux d’enseignement. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez ajouter votre établissement.

Afrique du Sud

Algérie

Allemagne

Australie

  • Department of Linguistics, School of Modern Languages, Faculty of Arts and Social Sciences, University of New South Wales, Sidney

Argentine

Merci à Oscar Rivera pour cette liste complète des universités en Argentine.

Autriche

Belgique

Brésil

Canada

Chili

  • Intérprete/Traducción, Instituto de Literatura y Ciencias del Lenguaje, Facultad de Filosofía y Educación, Universidad Católica de Valparaíso

Chine

Corée du Sud

Danemark

Égypte

  • Arabic and Translation Studies Division, Centre for Adult & Continuing Education, American University in Cairo

Espagne

États-Unis

Finlande

France

Grèce

Hongrie

Irlande

Israël

Italie

Japon

Jordanie

Liban

Lituanie

Malte

Maroc

Nouvelle-Zélande

Norvège

Pays-Bas

Pologne

Portugal

Roumanie

Royaume-Uni

Suède

Suisse

  • Ecole de traduction et d’interprétation, Université de Genève
  • Zurich University of Applied Sciences (ZHAW) – La Haute école spécialisée zurichoise (ZHAW) existe depuis de nombreuses années – le département de linguistique appliquée est issu de l’ancienne école d’interprètes de Zurich (DOZ), qui a fusionné avec un autre institut il y a environ 7 ans – et produit un grand nombre d’interprètes et de traducteurs professionnels depuis des décennies.

Taïwan

Tchéquie (République tchèque)

Turquie

Ukraine

Uruguay