Pourquoi Google ne remplacera jamais un bureau de traduction ?

Pourquoi Google ne remplacera jamais une société de traductionUtiliser un traducteur professionnel ou une application de traduction ?

Si vous voulez que le travail soit bien fait, pour vos besoins de traductions, il n’y a qu’une seule façon de procéder : avoir recours à un bureau de traduction. Il n’y a aucun doute à avoir, et il n’existe aucune comparaison entre ces deux services. Ce sera la meilleure décision que vous prendrez pour la croissance de votre entreprise et pour le développement d’une plateforme internationale. (suite…)

Traduction pour entreprises : ne passez pas à côté de nouvelles parts de marché

traductions pour entreprisesPour développer votre activité à l’international, le fait de choisir la bonne agence ou le bon traducteur est primordial ; en plus de mettre toutes les chances de votre côté pour conquérir de nouveaux marchés, vous bénéficierez également de traductions qui reflètent la qualité irréprochable de votre travail.

Il s’agit d’un critère décisif dans la traduction de textes d’entreprises (sites Web, plaquettes, contrats, présentations, publicités tout support, etc.) et je vais vous en expliquer la raison.

(suite…)

Pourquoi les entreprises ambitieuses auront toujours besoin de la traduction payante en ligne ?

Traduction payante sur le WebSi l’on observe ces dernières années une amélioration des réseaux neuronaux et des moteurs de traductions automatiques, rien ne saurait remplacer le savoir-faire d’une agence de traduction professionnelle proposant un service de traduction payante en ligne, la seule à même de fournir une prestation de qualité en vue d’une traduction irréprochable pour des entreprises. (suite…)

Bien choisir le traducteur français en fonction du marché linguistique

Français standard ou français du Canada, de Suisse, de Belgique

C’est avant tout à l’oral que le français se différencie de pays en pays. Le langage familier varie également (l’argot, le parler jeune, etc.) mais pour le reste, le français reste le français.

Un francophone de langue maternelle correctement éduqué saisira pratiquement toutes les nuances que l’on rencontre dans les autres pays francophones, même si certaines expressions pourront prêter à sourire.

Un exemple typique concerne l’emploi du mot torchon en France et en Belgique. En France, un torchon désigne une pièce de tissu rectangulaire utilisée pour s’essuyer la peau ou essuyer la vaisselle (en Belgique, un essuie), tandis qu’en Belgique, ce mot désigne le morceau de tissu utilisé pour nettoyer les sols (en France, une serpillière). Et notez qu’en France, ce morceau de tissu utilisé pour s’essuyer la peau s’appelle aussi serviette, tandis qu’en Belgique, une serviette désigne le morceau de tissu que l’on trouve à table pour s’essuyer la bouche… ce qui est également vrai en France ! On peut facilement constater qu’un mauvais choix de mot pourra aisément engendrer un trait d’humour involontaire. (suite…)