Work from anywhere as a freelance translatorLes traducteurs indépendants vous le diront, « pas facile de résumer le métier de traducteur freelance en quelques mots ». Souvent méconnue, cette profession n’inspire pas grand-chose et il n’est pas toujours évident de décrire à votre voisin ce qu’est véritablement être traducteur indépendant.

Ce concept de travail n’est pas encore entièrement assimilé et les gens ont encore du mal à s’imaginer que l’on peut travailler loin d’un bureau. Votre profession laissera souvent perplexe et vous serez souvent confronté à des regards incrédules.

Dans l’imaginaire collectif, « indépendant » se traduit par « travail inconstant » et d’aucuns vous prendront pour un nomade polyglotte à la découverte du monde.

La question que l’on vous demandera le plus souvent? « Combien de langues parles-tu? » Eh oui, car pour le commun des mortels, un traducteur freelance doit nécessairement pouvoir traduire tout et n’importe quoi en 10 langues.

Ils seront surpris de savoir que vous n’en parlez en fait que 3, et que, techniquement, vous n’en parlez que deux très bien, car vous ne maîtrisez pas encore à la perfection les finesses de la troisième.

Comment une personne qui ne connait que 2,5 langues peut-elle se proclamer traducteur et se permettre de travailler depuis n’importe où en plus?

Travailler de n’importe où, mais pas n’importe comment

Pour devenir traducteur, il n’est nullement nécessaire d’être polyglotte confirmé. Il faut par contre maîtriser à la perfection les deux langues de la combinaison linguistique dans laquelle vous souhaitez proposer des prestations de traduction. Et il va sans dire que la langue vers laquelle vous traduirez sera votre langue maternelle.

En plus, comme les plateformes qui proposent des missions de traduction pullulent sur la toile, trouver un travail ne vous posera aucun problème.

Outre les sites web de pigistes, vous pouvez également trouver facilement des offres d’emploi sur les portails de traduction et les agences de traduction.

Vous travaillerez avec des clients, pas pour eux. Des délais réalistes et des tarifs compétitifs sont convenus, chacun respectant l’urgence du projet et la nature de vos «heures de bureau».

Puisque vous choisissez la fréquence de travail, vous décidez également de combien vous pouvez gagner.

Pour certains, cela peut vouloir dire travailler à l’heure ou être rémunéré au projet. Encore une fois, c’est votre horaire, vos tarifs et vos règles.

Les avantages du métier de traducteur freelance

En théorie, on peut travailler de n’importe où. Mais pour certains, n’importe où c’est chez-soi. Par contre, si l’envie vous prend un matin (ou l’après-midi) d’aller travailler depuis le bar du coin, rien ne vous y en empêche. Travailler de n’importe où veut littéralement dire là où vous voulez, que cela soit à la plage, à la montagne, dans un train ou dans un parc.

Bref, tout endroit où vous estimez que votre productivité pourrait être à son maximum est le vôtre.

En tant que traducteur indépendant, vous définissez vos propres conditions et vous gérez au maximum l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Il y a ceux d’entre nous qui ne se sont jamais parfaitement intégrés à la journée de travail de 9 à 5 jours ou à la semaine « normale » de 5 jours.

L’un des plus grands avantages du travail indépendant en tant que traducteur est certainement toutes les économies que vous faites grâce à tous ces trajets professionnels en moins.

Fini le temps des navettes quotidienne du bureau à la maison. Ne pas stresser pendant le trajet signifie également ne jamais s’inquiéter du temps et avoir à braver les intempéries.

Oui, de nombreuses missions de télétravail sont tout aussi pratiques et économiques, mais de par les services que vous fournirez en tant que traducteur indépendant, le vôtre sera gratifiant.

Et quant au regard interrogatif provoqué par l’annonce de votre remploi principal de type nomade, vous pouvez toujours répondre « Oui, mais je peux faire mon boulot efficacement sans avoir un patron derrière le dos pour vérifier ce que je fais ».

Et pour cette raison, je m’accorde le luxe de choisir où, quand, comment et à quelle fréquence je travaille. »

Travailler de n’importe où comme traducteur freelance
Évaluer cet article