traduction marché russe

Avec plus de 170 millions de locuteurs natifs et environ 100 millions de locuteurs comme seconde langue, le russe est présent à l’échelle mondiale. Cette langue, en plus d’être la langue officielle du plus grand pays du monde, à savoir la Russie, est également la langue officielle du Kirghizistan, du Kazakhstan et de la Biélorussie. Le russe est également parlé dans certains pays comme l’Ukraine, la Géorgie, la Moldavie, Lettonie, Lituanie et l’Azerbaïdjan.

Compte tenu les millions de russophones dans le monde, il n’est pas surprenant que de nombreuses entreprises aient déjà compris l’importance de traduire leurs sites web ainsi que d’autres contenus en ligne dans cette langue. Y avez-vous pensé pour votre entreprise ? Examinons certaines difficultés susceptibles d’être rencontrées.

Simple comme Здравствуйте

La mise en page et la police d’un texte joue un rôle prépondérant dans la livraison d’une traduction à un client, que cela soit pour un guide touristique, des descriptions de produits, et bien entendu pour les sites internet et contenus en ligne. Les langues peuvent exprimer les mêmes choses dans un nombre de caractères très différent. Ainsi, en raison du taux de foisonnement dans le cas d’un texte français traduit en allemand, la traduction occupera en moyenne 30 % plus de place.

Le russe utilise l’alphabet cyrillique, dès lors une traduction du français vers le russe paraîtra plus longue que le texte original. Ce facteur doit être pris en compte lors de la traduction de sites web. Des modifications relatives à la mise en page devront être opérées. Notons que l’alphabet cyrillique utilise d’autres codes que l’alphabet latin, il faudra dès lors tenir en compte ces aspects au moment de traduire ou de localiser du contenu en russe.

BeTranslated est rompu à ces contraintes et propose également une relecture en contexte.

Pensez plus loin que Google et Facebook

À notre époque, il serait naïf de croire que les réseaux sociaux tels que nous les connaissons sont utilisés dans les pays du monde entier. En Chine, par exemple, des sites comme Facebook, YouTube, Twitter, and même Google sont interdits, les citoyens utilisent le service de messagerie instantanée WeChat, les blogs Weibo et le moteur de recherche Baidu, parmi beaucoup d’autres.

Même si Google n’est pas interdit en Russie, le moteur de recherche le plus populaire dans le pays est Yandex. Quant à Facebook et Instagram, ils sont utilisés par un tier de la population, Vkontakte (VK), est quant à lui le réseau social le plus populaire en Russie, utilisé par environ 60 % de la population.

Être présent sur ces sites peut jouer un rôle clé dans votre expansion sur le marché russe. Plutôt que d’investir dans Google Ads, pourquoi ne pas vous concentrer sur Yandex.Direct, un service de publicité pour placer des annonces contextuelles sur Yandex ?

Et si la publicité sur Facebook et Instagram peut donner quelques résultats en Russie, il pourrait être judicieux d’amener votre équipe marketing à concentrer ses efforts sur les médias sociaux comme VK.

Pour booster votre contenu en ligne, il est bon de travailler avec une société de traduction ayant une forte connaissance du référencement dans la langue concernée. L’expérience du cabinet de traduction permettra à votre entreprise d’atteindre un niveau de visibilité en ligne à la hauteur de vos espérances.

Votre nom de marque

Reprenons depuis le début : le nom de votre société. Lorsqu’une entreprise est sur le point de conquérir de nouveaux marchés, il est important de veiller à son nom de marque, comment sera-t-il compris et utilisé dans une autre langue ?

Les nouveaux clients pourront-ils le prononcer facilement ? Votre nom est-il similaire à un mot existant dans la langue ? Vous devez être particulièrement attentif aux expressions vulgaires ou insensibles.

En 2011, Kraft Foods a commis cette erreur en baptisant sa nouvelle filiale internationale « Mondelez », qui ressemble malheureusement beaucoup à un mot russe désignant un acte sexuel.

La translitération ou la transcréation

Il existe de nombreuses façons d’aborder l’adaptation de votre marque pour les marchés internationaux ; nous allons en examiner deux (translittération et transcréation) mais n’oubliez pas que la meilleure option pour vous est peut-être celle de ne pas traduire du tout le nom de votre entreprise. L’une de ces méthodes n’est pas nécessairement meilleure que l’autre, mais il est important d’évaluer toutes vos options avec votre prestataire de services de traduction.

La translittération est le processus qui consiste à transférer un mot de l’alphabet d’une langue à une autre, ce qui aide les gens à prononcer des mots et des noms étrangers. Le géant du sport, Adidas, a utilisé la translittération en Chine, se faisant appeler 阿迪达斯(Ādídásī), ce qui est très proche de la prononciation originale du nom de la marque et n’est pas un mot chinois existant.

La translittération est un excellent moyen pour les marques de garder leur nom assez cohérent dans le monde entier, mais certaines significations peuvent se perdre au cours du processus. Si le nom de votre entreprise transmet un message spécifique que vous souhaitez conserver dans le cadre de votre image internationale, vous pouvez envisager la transcréation.

Pour tenter d’évoquer les mêmes émotions et implications, la transcréation peut comporter des changements plus profonds qu’une simple traduction, et peut impliquer l’altération d’images telles que les logos d’une marque.

Si l’on se tourne à nouveau vers le marché chinois, on peut voir un exemple intéressant de transcréation dans la société automobile Volkswagen, qui signifie en allemand « voiture du peuple ». Il a été traduit en chinois par 大众汽车(Dàzhòng qìchē), qui signifie également « la voiture du peuple » ; le sens a été conservé mais, bien sûr, la prononciation est complètement différente.

Localisez votre contenu virtuel

Lancer un site web dans un autre pays implique plus que la traduction du contenu écrit ; vous devez également tenir compte des images utilisées. Travaillez en étroite collaboration avec votre traducteur pour localiser votre site web et assurez-vous qu’aucune de vos images ne puisse être considérée comme offensante ou avoir des répercussions négatives sur votre nouveau public.

Les superstitions, les bonnes manières, la religion et la signification symbolique sont autant d’éléments dont il faut tenir compte lorsque vous ciblez un nouveau marché.

En Russie, certaines superstitions consistent à ne donner qu’un nombre pair de fleurs lors des funérailles et à ne pas poser de bouteilles vides, de clés ou de pièces de monnaie sur une table. Une simple image sur votre site web représentant l’une de ces superstitions peut ne pas produire l’effet positif tant espéré sur votre client potentiel.

Le recours à une agence de traduction ayant l’expérience de la traduction de sites web est une étape essentielle pour se développer sur le marché russe, et BeTranslated dispose des traducteurs expérimentés dont vous avez besoin. Pour plus d’informations ou pour obtenir un devis gratuit et sans engagement, contactez-nous dès aujourd’hui.